Salika Amara refait la Marche...

 

Amara 01Cette « Marche pour l’Egalité et contre le Racisme », qu’elle avait contribuée à animer à l’automne 1983. Le 17 octobre dernier, dans la salle des cottonférences, sa capacité à parler simplement à la jeune génération, à lui transmettre les combats des générations antérieures, a permis à Camélia de gagner la salle à ses enthousiasmes.

Vous pouvez lire ci-dessous quelques réactions d’élèves sur cette belle et combative cottonférence !

Salika Amara a évoqué la marche des beurs qui a débuté au mois d’octobre 1983. Les jeunes d’habitants de la ville de Lyon ont eu peur pour leur futur car pour que la presse puisse faire son buzz les jeunes des cités étaient payés à brûler des voitures, afin que la presse prenne des photos des dégradations.

J’ai aimé la façon dont Salika Amara a raconté son histoire, elle était très ouverte et a répondu aux questions des élèves avec plaisir. Cette dame a vécu une histoire, une vie incroyable car depuis qu’elle est jeune elle se bat contre le racisme.
Rafik Aiachine, 1 GA3

La conférence de Salika Amara sur la marche des beurs m'a beaucoup plu car je ne connaissais rien à propos de cette marche.C'est intéressant de voir qu'à l'époque la relation entre les jeunes de cités et les policiers était déjà problématique. Nous pouvons constater que les bavures policières n'ont pas entièrement disparues et que cette relation ne s'est pas améliorée mais elle n'a fait qu'empirer comme les malheureux faits de ces dernières semaines nous l'ont prouvés.
Cette marche reste inconnue pour de nombreux jeunes. C'est donc important de venir en parler.Etant d'origine franco-algérienne, j'ai été d'autant plus captivée.J'ai beaucoup apprécié le franc parler de Camélia
Assiya, 1 AA

J’ai apprécié cette forme de conférence car c’est elle-même qui nous raconte son vécu et l’histoire véridique de la marche des beurs. La chose que j’ai particulièrement appréciée dans cette conférence c’est quand elle nous a dit : « C’est vous l’avenir, vous devez vous engager ! »
Linda, 1 EVL

J’ai aimé la franchise sur les morts, les assassinats et la violence policière. J’ai apprécié la conférence malgré le manque d’images et d’illustrations.
Anissa, 1 EVL

Ce que j’ai apprécié, c’est qu’elle n’a pas eu peur de s’impliquer et de perdre son travail. Et elle est sympa, gentille, courageuse. Elle met tout le monde au même niveau. Elle a fait la Marche, elle n’a pas eu peur, et je l’aime bien parce que ce n’est pas une raciste. Elle a blagué, rigolé, c’est ça qui m’a plu.
Bilal, 1 EVL

Amara 2J’ai appris que même après la guerre d’Algérie, l’oppression envers les Algériens n’était pas finie. Il y avait toujours des agressions sur les Algériens en France. En 1983, il y a eu plus de 40 victimes de bavures policières dont la mort de Toufik, un enfant de 9 ans qui vivait aux 4000 de La Courneuve. L’été 1983, la France a connu des émeutes dans les cités. Les médias n’ont pas été du côté des jeunes, au contraire.
La chose qui m’a particulièrement plu, c’est cette marche qui a commencé le 15 octobre 1983 et qui s’est terminée le 3 décembre. C’était très intéressant que ce soit elle-même qui vienne raconter son vécu.
Khalil Boiiutaieb, 1 GA3

J’ai apprécié le fait qu’on nous ait proposé une séance pour nous en apprendre plus sur la « marche des beurs » et la guerre d’Algérie. J’ai apprécié le fait que Mme Amara ait répondu aux questions et le fait d’en savoir plus sur les personnes qui ont manifesté durant la guerre. J’ai été content d’en savoir plus sur mon pays et de connaitre l’histoire de ma famille.
Bilal, 1 GA3

J’ai apprécié cette forme de conférence, en globalité.
J’ai apprécié ce « discours » car je trouve ça super intéressant qu’une personne extérieure vienne parler de ses expériences, de son vécu. De plus, nos grands-parents, en particulier, ont plus ou moins vécu cette guerre.
Sandy, 1 GA3

illustration3Lors de cette conférence, nous avons parlé de la marche des beurs. Celle-ci débute en octobre 1983 à la rentrée des classes. Les jeunes Lyonnais ont peur car pour faire le buzz, la presse paie les jeunes pour brûler des voitures, faire des rodéos… Juste avant, en 1961, 200 Algériens se sont fait tuer à Paris : des corps jetés dans la Seine. En 1973, l’organisation du pétrole décide de multiplier par 4 les prix du pétrole. Des Français attaquent le consulat algérien.
Les Lyonnais partent de Marseille, pour la Marche des beurs, passent par le Nord et arrivent à Paris, deux mois après. Ils ont démarré à 15 et arrivent à 100 000.
J’ai apprécié les anecdotes que la dame nous a expliquées. Elle a beaucoup vécu et c’est intéressant. Elle a combattu le racisme et elle a réussi.
Romane, 1 GA3


J'ai bien aimé cette conférence, car j'ai trouvé que la dame était investie. Je pense que grâce à son histoire elle a réussi à nous faire rester concentrer dessus. Au début je ne comprenais pas trop et je n'étais pas vraiment dedans. Mais lorsqu'elle à commencer à hausser la voix, et à bouger, à parler comme nous, je suis rentrée dedans et j'ai commencé à "m'y intéresser" jusqu'à la fin. C'était une conférence très intéressante, sur un sujet passer mais qui est toujours d'actualité.
Léa, 1 AA

 

Mots-clés: Cottonférences

Imprimer E-mail

Lire aussi...

Le 22 novembre dernier, les classes de seconde ont assisté à une cottonférence au Méliès autour du film d’Olivier Babinet, Swagger. Le débat qui a suivi la projection a permis de revenir sur différents éléments du documentaire : ce[...]
Les secondes gestion-administration ont pu assister, mercredi 15 octobre, à un moment très fort ; une rencontre avec Curtis Mc Carty, un ancien condamné à mort qui consacre aujourd’hui une partie de son énergie à lutter contre la peine de[...]
L’universitaire Maud Chirio est venu, mardi 27 septembre, parler des réalités sociales du Brésil devant un large parterre de lycéens. Vous trouverez en lien la vidéo de son intervention et ci-dessous ce qui a marqué les élèves d’une[...]

S'abonner à notre Newsletter