Le Brésil : stéréotypes et réalités sociales

chirio 01L’universitaire Maud Chirio est venu, mardi 27 septembre, parler des réalités sociales du Brésil devant un large parterre de lycéens. Vous trouverez en lien la vidéo de son intervention et ci-dessous ce qui a marqué les élèves d’une classe de seconde professionnelle, la 2de Gestion-Administration.

Ce qui a marqué les élèves :

J’ai appris que le Brésil était plus grand que l’Europe. Dans ce pays plus on est noir, plus on est pauvre.
Lindsay

Ce que j’ai appris sur le Brésil, ce sont les différences de classes sociales, ce que j’ignorais totalement. Les riches et les pauvres sont séparés.
A propos des équipes de football, le fait que c’était très tendu entre les équipes et aussi que tu es perçu comme quelqu’un d’étrange quand tu n’as pas d’équipe. J’ai beaucoup apprécié la conférence car ça m’a instruit sur le Brésil, ça m’a appris plusieurs choses et ça a éveillé les connaissances que j’avais oublié.
Gétro

Les gens habitent sur les côtes.
Il y a la région d’Amazonie avec la population amérindienne, le Nordeste et le Sertao, là où habite la population très pauvre.
Le Brésil est un pays très inégalitaire. Il y avait des esclavagistes.
J’ai beaucoup aimé, parce que grâce à cette cottonférence j’ai appris que le Brésil est un pays surpeuplé.
Deana

Le Brésil est une jeune nation. Au Brésil, quand une personne est noire de peau, ça veut dire qu’il est pauvre et si la personne est blanche ça veut dire qu’elle est riche. Le Brésil est le pays le plus grand du monde, c’est un pays très peuplé et inégalitaire (...) L’Amazonie est une zone de pauvreté, à l’époque il n’y avait pas de frigo ni de congélateur, ils préservaient le repas avec du sel et du sucre. Au final ça ne m’a pas beaucoup plu…
Benita

Chirio 2J’ai appris qu’au Brésil il y avait une immense inégalité d’argent. Ceux qui n’ont pas beaucoup d’argent habitent dans des maisons faites à la main sur des collines. Ils risquent de mourir si la colline tombe, alors que les riches ont des grandes maisons que les bonnes entretiennent. Plus tu es noir, plus tu es pauvre, plus tu es blanc, plus tu as ta chance d’être riche.
Chris

J’ai appris que le Brésil était un grand pays mais peu peuplé car il y a beaucoup de forêt. J’ai été particulièrement touché par la séparation des riches et des pauvres. Il y avait un grand mur qui séparait les « 2 villes ». Les pauvres avaient des maisons en plastique sur des collines.
Thiviyan

Le Brésil a perdu contre l’Allemagne 7 à 1. La population du Brésil était vraiment triste. Les Brésiliens ont tous un club à supporter. Dans une ville il y a plusieurs équipes. J’ai aimé car au Brésil on parle beaucoup de football.
Dimitar

La déforestation a tué les amérindiens. Si tous les arbres sont brûlés ils seront en sécheresse. Dans tout le Brésil chaque personne a un club. Si tu n’en a pas, ils te trouvent bizarre.
Amine

Les Brésiliens ont forcément un club. Les favelas ont été détruites pour y mettre des stades pour les JO et la coupe du monde. Les personnes de plus en plus blanches de peau sont des personnes très riches. Dans les favelas les personnes sont pauvres.
Moussa

Le Brésil est un pays où tout le monde est immigré. Les gens viennent de partout dans le monde et il y a toutes les nationalités, d’Afrique, du Japon, les Indigènes, les Portugais. Il y a aussi la pauvreté. Plus tu es noir, plus tu es pauvre et plus tu es blanc, plus tu es riche. Le Nord du Brésil est désert. Il y a aussi les inégalités raciales : les gens se tuent pour des biens matériels (la terre).
Christopher

Imprimer E-mail

Lire aussi...

Le 22 novembre dernier, les classes de seconde ont assisté à une cottonférence au Méliès autour du film d’Olivier Babinet, Swagger. Le débat qui a suivi la projection a permis de revenir sur différents éléments du documentaire : ce[...]
Les secondes gestion-administration ont pu assister, mercredi 15 octobre, à un moment très fort ; une rencontre avec Curtis Mc Carty, un ancien condamné à mort qui consacre aujourd’hui une partie de son énergie à lutter contre la peine de[...]
 Cette « Marche pour l’Egalité et contre le Racisme », qu’elle avait contribuée à animer à l’automne 1983. Le 17 octobre dernier, dans la salle des cottonférences, sa capacité à parler simplement à la jeune génération, à lui[...]

S'abonner à notre Newsletter